• Envol


    1 commentaire
  • Abou Graib

    Résumé

    L’objet de cet article est de mettre en évidence les stratégies et signes du pouvoir qu’induisent ou révèlent la mise en scène, la publication et la diffusion, en son temps, des images de la prison d’Abou Ghraib par les soldats américains qui en assuraient la garde (Raul Magallon, Universidad Carlos III, Madrid).

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La petite fille brûlée au napalm

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

      

    Intitulée: "La petite fille brûlée au napalm". La photographie a été prise le 8 juin 1972 par Nick Ut (Huynh Cong Ut), un photojounaliste vietnamien.
    Le cadre de cette photo nous montre au premier plan les enfants sud-vietnamiens qui se sauvent, crient et hurlent de douleur. Tous ont les pied nus. Au second plan, les soldats américains portent leurs armes, marchent à pas lent, occupent la largeur de la route. En arrière plan, la fournaise du bombardement au napalm ferme l'horizon. On peut dire que la photo est considérée comme parfaite par son cadrage.
    Les couleurs sont noir et blanc, la lumière vient de l'avant, se porte essentiellement sur les enfants. L'auteur a utilise le contraste à son plein potentiel pour renforcer la concentration sur la jeune fille. Phan Thi Kim Phuc. La principale victime, qui avait 9 ans à ce moment là, est entièrement nue, les bras en croix, concentre les regard et fixe l'objectif de l'appareil, donc le photographe, donc les spectateurs. Son corps communique sa douleur, raconte une histoire.
    Comment interpréter cette photographie ? Chacun peut en donner une interprétation différente car elle est relativement subjective. Pour moi, je trouve qu'elle montre la violence aveugle de la guerre, qui s'exerce sur les enfants innocents. Phan Thi Kim Phuc a donné un visage des victimes anonymes. Même si Huynh Cong Ut a fait "une cliché au hasard" et que la photo, elle-même n'a pas la puissance de modifier le cours de la guerre, je l'apprécie beaucoup. Ce qui est la plus important est que l'auteur a réussi a synthétiser un évènement et le transforme un image emblématique au travers d'un langage compris par tous.
    "La petite fille brûlée au napalm" a obtenu le grand prix de la photo reportage. Nick Ut (Huynh Cong Ut) participe à l'âge d'or du photojounalisme de Guerre (commence en 1856 avec Roger Fenton pendant la guerre de Crimée).
    Do Thi Thu Thuy


    2 commentaires
  • TAO

    Le jour où le parti communiste chinois a perdu la face...


    1 commentaire