•  

                                

                               LA MAGIE DU SIGNE

     

                    AccueilAccueil                                                              

                             D'après les peintures de la grotte Cosquer

      

    De tout temps les communautés humaines ont ménagé une place privilégiée aux symboles qui sont à la source même de toute écriture. Elles accordent même à certains objets naturels la vertu d'être les messagers de l'ailleurs (on pense à l'arc-en-ciel, aux lignes de la main, aux coques des tortues dans la tradition chinoise, aux traces que laissent les pattes d'oiseaux sur le sable ou du renard dans le jardin divinatoire des Dogons…).

    Le signe à l'origine ne se sépare pas complètement du geste qui le trace ou du référent dont il est censé conserver les vertus. Les peintures rupestres (mais également les multiples gravures ou motifs décoratifs attachés à la poterie et à l'habitat, aux maquillage, tatouages et à l'habillement, voire aux armes, etc.) sont réputés posséder des vertus magiques. Il en est de même du mot proféré, le nom dont on baptise les gens et les choses pour les introduire à la communauté symbolique...

    Les premiers dessins avaient sans doute une fonction religieuse ou magique. Ils permettaient, autrement dit, de mettre en relation l'ici et l'ailleurs, le visible et l'invisible, le présent et l'absent (ce qui est somme toute une assez bonne définition du symbole en général)*.

    Le symbole, selon la tradition grecque, est le tesson d’une poterie, brisée en deux pour perpétuer la mémoire d’un contrat. On peut évoquer également, dans la tradition africaine, le bâton qu'on casse à l'occasion d'une séparation  (et dont les morceaux orphelins entretiennent le souvenir du départ et la promesse des retrouvailles...).

      J.-P. D.

    * "On ne peut dire à la lettre que ceci manque à sa place, que de ce qui peut en changer, c'est-à-dire du symbolique. Car pour le réel, quelque bouleversement qu'on puisse y apporter, il y est toujours et en tous cas, à sa place, il l'emporte collée à sa semelle, sans rien connaître qui puisse l'en exiler." Jacques Lacan (Ecrits)

     

      


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :