• Médias Grecs

    Rapide historique de la presse en Grèce

    Presse Ecrite

    L e premier journal en grec s'appelait "Tachidromos tis Viennis" (Le Facteur de Vienne), il a été lancé à Vienne en 1784 par un grec de diaspora : Georgios Ventotis , avant même la révolution grecque (1821) et l'indépendance du pays en 1830. Le premier journal dans le territoire grec a été fondé en aout 1821 à Kalamata pendant la révolution, il s'appelait "Salpingx Helleniki" (Clairon grecque). Du début du XXème siècle à 1935, beaucoup de journaux qui existent enconre aujourd'hui ont été fondés (ex : « Ta Nea », « I Kathimerini ») ainsi que les premiers syndicats de journalistes. Parmi eux, ESIEA (Union des Réducteurs des Journaux Quotidiens d’Athènes) qui existe encore aujourd’hui.

    Rapide historique de la presse en Grèce

    Presse Ecrite

    L e premier journal en grec s'appelait "Tachidromos tis Viennis" (Le Facteur de Vienne), il a été lancé à Vienne en 1784 par un grec de diaspora : Georgios Ventotis , avant même la révolution grecque (1821) et l'indépendance du pays en 1830. Le premier journal dans le territoire grec a été fondé en aout 1821 à Kalamata pendant la révolution, il s'appelait "Salpingx Helleniki" (Clairon grecque). Du début du XXème siècle à 1935, beaucoup de journaux qui existent enconre aujourd'hui ont été fondés (ex : « Ta Nea », « I Kathimerini ») ainsi que les premiers syndicats de journalistes. Parmi eux, ESIEA (Union des Réducteurs des Journaux Quotidiens d’Athènes) qui existe encore aujourd’hui.

    Radio

    La première chaîne radiophonique grecque, crée par Christos Tsigiridis, émet pour la première fois en 1926 à Thessalonique. La première chaîne à l’échelle nationale fut lancée en 1938 par le roi Georgios II. Dés la fin des années 1970 plusieurs stations radiophoniques illégales (des pirates) fonctionnaient s’opposant au monopôle de l’Etat. La loi légalisant les stations radiophoniques privées fut votée en 1988.

    Télévision

    Les premières émissions de télévision grecque sont diffusées à partir des années 1960 par l’armée grecque. En 1970, le gouvernement de la dictature des colonels crée l’organisme publique pour la radio et la télévision : EIRT. Après la restauration de la démocratie en 1974, cet organisme est renommé ERT, il existe encore aujourd’hui. En 1979, ERT a mis en place l’image en couleur. En 1989 est votée la loi de la déréglementation de la télévision, le 20 novembre de la même année, MEGA channel lance ses émissions. ANTENNA TV a été lancé le 31 décembre.

     

    Trois types de médias peuvent être différenciés :

    • médias à influence politique
    • médias du service public dirigé par l'état
    • médias de divertissements

     

    Les médias à influence politique

    Ces médias ont une part d'audience importante et proposent des informations et des analyses de qualité sur les événements grecs. Ils représentent un vecteur essentiel de prise d'informations pour les grecs. C'est la raison pour laquelle le pouvoir suit avec attention et réagit par rapport à ces programmes. De plus, les propriétaires sont à la tête de puissants groupes et ont les moyens de faire pression sur le gouvernement. En effet, ces propriétaires ne sont pas seulement propriétaire d'entreprises dans le domaine médiatique mais également dans les domaines de l’énergie, du transport ou encore de construction.

     

    De grands groupes sont à la tête de ces médias.

    Le groupe DOL : Organisation grecque Journalistique de « Lambrakis » (Lambrakis est le propriétaire)

    Il compte notamment :  Médias Grecs                                           

    - Ta Nea (les nouvelles), un quotidien toujours en faveur du parti socialiste (PASOK) qui a été au pouvoir 21 ans au total depuis la restauration de la démocratie en 1974. Il est un quotidien majeur en Grèce. Le site web www.tanea.gr est également une source d'information importante.

    - To Vima (le pas) : Journal hebdomadaire + la radio VimaFM + le site www.tovima.gr

    - Athens News, journal bimensuel en anglais, site web : www.athensnews.gr

    - In.gr : le premier site d'informations en terme de visiteurs.

     

    Groupe « Pegasos » :

    Il  détient notamment le journal Ethnos (Nation), Imerisia (De chaque jour) et d’autres magazines de divertissement.

    Il est propriétaire de la société Tiletypos S.A, qui représente Mega TV. Médias Grecs

    DOL détient donc une part importante de la chaîne. Mega TV fut la première chaîne privée, son audience a toujours la plus élevée des chaînes grecques. C'est sur cette chaîne que le gouvernement vient toujours s'exprimer en premier.

    Le bulletin d’information du soir est présenté par une équipe de journalistes qui donnent des informations et qui en même temps proposent des analyses. Les politiques y sont souvent accueillis pour qu’ils présentent leurs propositions politiques. Le studio est souvent transformé à une « arena » politique et le bulletin devient plus une émission de parole (talk show).

    MEGA présente aussi un programme de divertissement de référence avec beaucoup de productions internes.

    Le propriétaire du groupe, Georgos Bobolas est en même temps propriétaire de la société de construction « Ellactor ». Elle a réalisé de très nombreux travaux publics commandités par l'Etats. On soupçonne des relations d'intérêts commun entre la première chaîne du pays et le gouvernement. En échange de programmes favorables au gouvernement, celui-ci offrirait des chantiers à la société de Bobolas.

     

    Les relations entre MEGA et DOL : ces deux plus grands groupes médiatiques, à la fois maîtres de la presse écrite et de la télévision, entretiennent de nombreux rapports. Dol est actionnaire de MEGA à 22 %. Les deux acteurs sont tous les deux financés par la société Benbay Limited. Le propriétaire de celle-ci, Victor Restis est un important homme d'affaires grec, il gère une compagnie de bateau côtée en bourse à wall street, il est aussi un membre important du lobby juif en Grèce.

     

     Le groupe SKAI :Médias Grecs

    - SKAI TV, SKAI radio 100.3 , www.skai.gr et d’autres chaînes radiophoniques de divertissements

     - « I Kathimerini » (quotidien) C’est un des journaux des plus anciens en Grèce. Il est traditionnellement en faveur de la droite, tout en restant indépendant et reconnu. C’est un journal de référence internationale. Il y aussi une édition en anglais.

    Le propriétaire principal est Ioannis Alafouzos et le deuxième est Evaggelos Marinakis, le propriétaire de l’équipe de football d’Olympiakos.

    SKAI est un groupe avec un faible budget et ses journalistes travaillent en même temps dans tous les médias du groupe. Les analystes et journalistes du groupe participent directement à la vie politique de la Grèce en proposant des mesures ou réformes. SKAI supporte toujours les idées néo-libéralistes et conservatrices.

     

     

    To Proto Thema (Le premier thème) + www.protothema.        Médias Grecs       

    C’est le journal hebdomadaire le plus vendu et il est considéré comme un journal de révélations.

    Fondé par Themos Anastasiadis et Makis Triantafyllopoulos, le journal va connaître des boulversements suite à l'affaire "Zachopoulos". Cette affaire remonte à 2008, Anastasiadis a été accusé de chantage envers le gouvernement. Il affirmait disposer d'une vidéo compromettante d'un membre du gouvernement : Zachopoulos. Il est accusé d'avoir reçu une importante somme d'argent de la part du gouvernement pour ne pas diffuser la vidéo. La juridiction suit toujours son cours.
    To Proto Thema a été racheté par Pegasos, mais un an plus tard, Anastasiadis parvient à racheter le journal avec des fonds obscurs, bien qu'il soit toujours accusé dans "l'affaire Zachopoulos".

     

    Zougla, www.zougla.gr (jungle.gr), il appartient à Makis Triantafyllopoulos. Il était co-propriétaire de « Proto Thema » jusqu’àu scandale « Zachopoulos »suite auquel il a arrêté sa collaboration avec Themos Anastasiadis. C'est aujourd'hui un site web de révélations, il suit la même politique que To Proto Thema.Médias Grecs

     

    Real Media 

     - Real news (journal hebdomadaire de dimanche), Real FM, www.real.gr

    Le propriétaire est Nikos Chatzinikolaou, un présentateur d’informations-vedette, il est l'image du groupe.

    Médias Grecs

     

     

    Groupe Tegopoulos

     Il détient le quotidien « Eleftherotypia » (La liberté de la presse), le site d’info enet.gr et un très petit pourcentage de MEGA. Il est un soutien politique important de la gauche.     

    Médias Grecs

     

     

     Les médias de divertissement

     

    Le divertissement représente une part importante des médias grecs. Bien qu'ils ne soient pas consacrés exclusivement au divertissement, de nombreuses chaînes glanent une forte audience grâce à la télé-réalité, les nouvelles people et autres jeux télévisés.

      

    ANTENNA Médias Grecs

     -ANT1 TV, jusqu’au milieu des années 2000 elle était la chaîne concurrente de MEGA, même sur le plan d’informations politique. Pendant les 5 dernières années, ses émissions de succès sont des reality shows et des concours télévisés. ANTENNA a plusieurs versions qui s’adressent aux grecs de diaspora.

    -ANT1 radio, c'est une chaîne d'informations politiques d'influence limitée

    Propriétaire : Minas Kyriakou. Il possède également des compagnies de pétrole et de bateaux. Il participe dans la vie sportive grecque en tant que propriétaire du club sportif « Panellinios » et en tant que membre de la Commission des Jeux Olympiques grecque.

     

    Alpha TV Médias Grecs

    RTL Group Central & Eastern Europe détient 79,38% de la chaîne télévisée. RTL possède M6 et W9 en France, c’est un groupe important européen. Il y a des rumeurs de fermeture suite à la crise. C’est la chaîne qui émet l’émission « Al Tsantiri News » de Lakis Lazopoulos, une personnalité très connue en Grèce. C’est l’émission de la télévision grecque qui glane la plus grande audience depuis les 3 dernières années.

     

    STAR ChannelMédias Grecs

      Le but de cet chaîne est exclusivement le divertissement. Même son bulletin d’informations est dédié aux nouvelles du « show biz ». La propriétaire est Marianna Vardinoyianni, elle est membre de la famille d’entrepreneurs Vardinoyiannis et ambassadeur de l’UNESCO.

    La famille Vardinoyiannis était au conseil d’administration de MEGA, ce qui rend les chaînes très proches, il y a d'ailleurs des rumeurs de fusion entre Star et MEGA.

     Elle collabore depuis de nombreuses années avec la Fondation Lambrakis qui gère la Maison de la Musique grecque.

    La météo sur Star en vidéo :

     EspressoMédias Grecs

    Quotidien du contenu « people » qui appartient à Petros Kyriakidis. C’est le deuxième quotidien au niveau de circulation après TA NEA.

     

     

     

     

     

    NOVAMédias Grecs  

    C’est une plate-forme de télévision satellite. C’est une réseau payant qui émet la majorité des matches de football grec et européen, elle offre à ses clients un accès à plus de 200 chaînes du monde entier. 

     Peu de foyers grecs y sont abonnés, ce sont sûrtout les restaurants et bars qui le possède pour attirer les clients qui vont regarder des matches.

     Elle appartient au groupe FORTHNET qui détient aussi une grande entreprise de télécommunication.

     

     

    Les médias publics Médias Grecs

    Le service public médiatique, appelé ERT comprend sept chaînes de télévision (ET1, NET, ET3, ERT world, Prisma+, Cine+ & Sport+), 29 stations de radios. ERT détient aussi le magazine « RadioTelevision ».

    ET1 : Une chaîne de divertissements « intelligents » avec beaucoup de documentaires. Une annonce de fermeture par le gouvernement suite à la crise.

    NET : chaîne très informative. C'est très informatif, il n'y a pas d'analyses et de commentaires. Toutefois, le gouvernement en place est à chaque fois bien représenté : sa parole est mise en avant.

    ET3 : chaîne spécialisée sur la région nord de la Grèce, mais diffusée nationalement

     

     

    Conclusions

    • DOL et Pegasos sont des groupes dominant de la presse écrite. En collaborant sur le plan télévisuel (MEGA), ils contrôlent une grande partie du paysage médiatique grec. Ces grands médias ont des rapports proches avec le pouvoir. On suspecte des corruptions de l'état envers ces grands groupes.

     

    • La grande majorité des médias grecs font face à des problèmes de liquidités, plusieurs parmi eux envisagent de fermer. Depuis le développement d’Internet comme vecteur d’informations, plusieurs journalistes et acteurs dans le domaine des médias ont lancé des sites d’informations sur internet. Ce sont des sites web similaires en terme de contenu, donc on peut dire que le but de ces acteurs-là n’est pas l’innovation mais d’avoir leurs propres medias.

     

    • Le budget alloué aux médias via la publicité est limité, notamment à cause du nombre important de médias. Ceux-ci ne s’avèrent pas capables de survivre ou survivent en exploitant leurs employés. Dans ce cadre-là, presque 1000 employés se sont fait licenciés en 2011 et plus de 3000 travaillent dans des conditions de précarité.

     

    http://ekladata.com/intermedia.eklablog.com/mod_article26226181_1.gif


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :