• Livre d'images

       Sur cette image on observe une personne assise sur les quais du métro seule repliée sur elle-même, anéantie par une tristesse affligeante, une image prise en noir et blanc ce qui rappelle les états d'âme de chacun de nous et qui s'adresse directement aux sentiments et à la sensibilité.
       On observe aussi sur le côté gauche de l'image une main d'un homme qui s'apprête à s'en aller donnant du dos à la personne éplorée assise sur le banc.
       Dans le roman (Le livre de ma mère) Albert Cohen a écrit : "Chaque homme est  seul et tous se fichent de tous et nos douleurs sont une île déserte".   
       
    IDRES MOHAMMED CHERIF


    votre commentaire
  • Livre d'images    
       Cette image est une photographie que j’ai prise lors d’un voyage dans la capitale allemande. On peut y observer  une des dizaines de peintures qui ont été réalisées sur le mur de Berlin.  Celle-ci est de Birgit Kinder et se nomme « Test the best ».

        Cette peinture représente une voiture vue de l’arrière, en train de fracasser le mur dans le but de le traverser. Le fond de cette peinture est d’une couleur bleu-vert. Cette peinture est accompagnée d’un slogan « We come together… »

         Le slogan « We come together… » évoque une unité du peuple allemand, séparé en deux pendant la guerre froide, par le mot « together » et le choix de transformer le « T » de ce mot par une flèche, montrant la direction à suivre. De plus, à l’arrière de la voiture, on peut observer une pastille « BRDDR ». Ce sont les initiales qui désignent le nom des deux Allemagnes avant la réunification ; « BRD » signifiant Bundesrepublik Deutschland » et « DDR » signifiant « Deustche Demokratische Republik ».  Le « D » de ces initiales est commun, évoquant ainsi un sentiment d’union.  Egalement, le choix d’inscrire sur la plaque d’immatriculation « Nov : 9-89 » n’est pas anodin. En effet, cette date est en réalité celle de la chute du mur de Berlin : c’est donc une date commune aux deux Allemagnes, encore un signe de volonté de montrer un lien entre les deux. 

    Après le sentiment d’union qu’évoque cette peinture, elle exprime également un sentiment de renaissance. En effet, le choix de la couleur bleu-vert ne doit pas être anodin car le vert est une couleur employée pour symboliser l’espérance, l’espérance, ici, de la part du peuple allemand d’être réuni.

         Il est certain que cette peinture fut réalisée après la chute du mur car la plaque d’immatriculation indique « Nov : 9-89 » mais la date de réalisation est « Sept 98 ». Cette peinture a donc été réalisée sur le mur presque dix années après sa chute.  Elle n’est donc pas seulement décorative, mais engagée contre la démolition des quelques restes du mur.  («  Malen gegen den Abriss !  ») Pour communiquer cet engagement, l’artiste a donc décidé de montrer que ce mur, bien que destructeur, fait partie de l’Histoire allemande. Pour cela, elle a  fait le choix de s’appuyer particulièrement sur des points communs, des symboles d’unifications plutôt que de différences.


    2 commentaires
  • Livre d'images

    L’image que j’ai choisie est une affiche publicitaire de chez Leclerc, dont l'objet est de promouvoir la culture. J’ai choisi cette publicité car elle m’intrigue (l’apparition de Baudelaire dans un décor quotidien).
    Sur cette image on voit une famille attendant le bus, à un arrêt en pleine campagne, en compagnie du célèbre poète.
    L’image livre tout de suite divers messages :

    • la nouveauté : la volonté de Leclerc de diversifier ses produits en participant à la promotion de la culture.
    • l’art et la culture : la référence à Baudelaire montre que maintenant chez Leclerc il est possible de trouver des produits culturels.
    • le quotidien : situation banale d’une famille ordinaire qui est en train d’attendre le bus.
    • l'association entre le « banal » et la culture : dans un supermarché a priori « banal » on peut acheter des produits culturels.

    Cette publicité est intéressante car elle révèle que Leclerc souhaite montrer un nouveau positionnement en introduisant des produits culturels. A travers cette annonce, Leclerc souhaite surprendre et casser des idées reçues en associant son nom à la culture, en faisant se rencontrer dan un même espace « banal » des inconnus et un personnage historique.
    Il y a donc une volonté de présenter un produit culturel vendu dans un hypermarché sans le dévaloriser. Sur l’image, Baudelaire est présenté dans le quotidien d'une famille qui attend le bus et cela montre que la culture peut être intégrée dans le quotidien de tout le monde et que ce n’est pas une culture bas de gamme mais la même que celle des élites.

     Siham BOUFENARA


    1 commentaire
  • Livre d'images

    Ce document est une publicité pour l'enseigne de fast food Mc Donald's visible sur différents supports publicitaires publics tels des panneaux d'affichage de transports Franciliens.

     

    Au premier plan, on peut voir une immense main posée au sol, mais qui semble appartenir à un gorille géant, tendue en direction des employées souriantes du fast food lui tendant un sac qui semble être sa commande. A l'arrière plan, un homme travaille face au compartiment des frites. En haut à gauche « Venez comme vous êtes » semble être le message publicitaire de l'enseigne dont le logo s'insère dans le coin supérieur droit de l'image: un « m » jaune sur fond vert.

     

    En contextualisant l'image dans le domaine cinématographique, la main est associée à King Kong, célèbre personnage fictif tiré de l'oeuvre de Cooper et Shoedsack (1933). la dualité de l'image apparaît sous plusieurs aspects. Tout d'abord, la présence d'un personnage fictif sur un lieu réel, qui de plus ne semble pas surprendre les employés qui se montrent d'autant peu étonnés que souriants.
    Est induit dans cette image que King Kong se voit conféré la même légitimité en tant que client qu'un être humain.

     

    Le slogan publicitaire « venez comme vous être », renforce cette idée. En effet sous couvert de dualité fictionnelle et imaginaire, cette campagne vise la tolérance et l'ouverture d'esprit. Quelque soit le client, il se devra d'être traité au mieux (ici de manière souriante et chaleureuse).

     

    La cible de cette publicité apparaît de prime abord d'après son slogan comme « ouverte », c'est à dire concernant tous les âges, tous sexes, toute origine. Cette cible se voit incitée à venir en confiance. Cependant, cette référence cinématographique s'adresse également mais surtout à un public jeune, ayant une culture dite « geek »(amateur de technologies et par extension de références fictionnelles-séries, films, jeux vidéo) qui se voit quotidiennement sollicitée par l'incorporation d'éléments virtuels dans le « réel » (par exemple les jeux vidéo ayant lieu durant une guerre mondiale mais admettant des personnages fictifs- Metal Gear Solid etc). Ce public se voit touché par une référence étant propre à leur communauté, incluse dans un environnement familier ici les lieux de restauration dite « junk food ».

     

    En conclusion on a affaire à une publicité admettant différents niveaux de compréhension et d'appropriation sur un ton humoristique décalé renforçant le caractère sympathie de la marque.

    Salomé LAGRESLE


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique