• La fille à la fleur

     

    Marc Riboud - La fille à la fleur (1967)

     

    Cette photographie de Marc Riboud a été prise à Washington en 1967, lors d'une manifestation contre la guerre du Vietnam. La photographie est en noir et blanc et est prise d'un angle de prise de vue frontal. Le point de vue paraît au départ extra diégétique : Marc Riboud a saisi un moment unique et seul l' un des soldats a l'air d'avoir remarqué la présence du photographe. Mais une analyse plus poussée va nous montrer que le point de vue adopté est plutôt celui de « la fille à la fleur ».

    Elle nous montre une femme de profil, seule avec une fleur, face à une rangée de force de l'ordre armée. La photographie fait ressortir une opposition guerre-paix, mise en valeur avec une séparation par une ligne verticale au centre de l'image : d''une part, les hommes armés, nombreux, avec des tenus sombres, d'autre part la femme seule, avec une fleur, mise en avant par le T-Shirt de la jeune femme imprimé également de fleurs. La femme et ses vêtements contrastent avec les hommes armés en étant plus clairs, lumineux. La mise au point est telle que la femme, au premier plan est nette et ressort de l'image. Le plan rapproché taille permet également de renforcer l'importance de la femme. De plus, on distingue clairement les traits de son visage, ses cheveux courts, ses bijoux, sa montre alors que de l'autre côté de la ligne verticale ne ressortent que les casques des soldats, leurs armes, leurs gants et leur visage est flou : ils sont anonymes. Le contraste est mis en valeur par la position de force des soldats. Ils peuvent tirer à tout moment et leurs armes sont pointées vers la jeune femme alors que celle ci n'est pas dangereuse mais prône au contraire le pacifisme et la paix. Ces valeurs semblent soumises à une barrière représentée par les soldats formant une ligne qui semble interminable.

    L'arrière plan est également flou mais le contexte nous laisse penser que les autres manifestants se trouvent hors cadre. La femme a elle seule est la représentante de tous les manifestants et semble être la personnification de la paix, de la passivité. Cette image a donc une grande valeur symbolique, mise en avant par le regard de la femme. En effet, celle-ci a la fleur près du visage et regarde droit devant elle. Elle n'a pas l'air d'avoir peur malgré sa jeunesse mais d'être consciente de la situation et de l'affronter. La détermination de la jeune femme et son geste rend la photographie parlante d'elle-même, engagée pour la paix, bien qu'à première vue le point de vue adopté paraisse neutre de tout jugement.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 30 Décembre 2010 à 11:02

    Toute la force de cette photo tient à la confontation entre la brutalité meurtrière d'une baïonnette dressée par un soldat casqué, au visage fermé, et la douceur pacifique et suave d'une marguerite offerte comme une prière par une jeune femme extatique. Il semble que les deux personnages se regardent encore que le cadrage exclue le visage du soldat dont l'arme semble menacer réellement la jeune femme.


    En fait, la jeune femme n'est pas dans le même plan qu'aucun des soldats. Elle se trouve en avant de la scène où se joue l'affrontement et c'est par un effet d'optique que le spectateur croit assister à la rencontre éternelle de la Bête et de la Belle...


    Mise en scène ou recadrage ?


    JPD


     

    2
    Téliko
    Vendredi 16 Décembre 2011 à 20:28

    She said, look at this flower, it is so small, so fragile, but his power, and far superior to all your weapons, all your anger, your hatred .. love it .. ..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :