• Affiche publicitaire, Perrier, 2009

    Livre d'images

    Cette image est issue de la campagne de publicité de Perrier créée par l’agence Ogilvy, en 2009. Cette campagne se compose de trois affiches différentes et d’un spot TV. Elle  a été réalisée par les créatifs Chris Garbutt et Thierry Chiumino avant l’été, pour annoncer un été caniculaire. L’une des affiches fait d’ailleurs référence au tournoi de Roland Garros, la campagne ayant été lancée juste avant. Tous les supports sont dans un même registre,  celui d’une chaleur insoutenable qui prend fin grâce à l’eau gazeuse Perrier.

    En observant cette image, on remarque, dans la représentation de la chaleur, une référence à l’artiste surréaliste Dali et à son œuvre « La persistance de la mémoire » (ou « Les montres molles »). De plus, comme à son habitude, Perrier, utilise le « sexy » dans sa campagne. Enfin, nous verrons comment la boisson est mise en valeur dans cette image.

    La représentation d’une chaleur étouffante au travers de l’œuvre surréaliste de Dali

                    Au premier plan, on peut donc voir une femme en maillot de bain. Celle-ci transpire comme le montre les reflets de l’eau sur son corps. Les objets fondent sous la chaleur. C’est une scène surréaliste, tout comme l’œuvre de Dali. A l’arrière plan, on observe la plage et son sable fin, presque blanc sous les rayons de soleil. Le soleil est bas et la chaleur paraît lourde. La lumière est éblouissante. De plus, le soleil étant derrière, la femme et la bouteille de Perrier devraient être à contre jour. Or, ce n’est pas le cas car, comme on le voit avec les reflets sur la poitrine de la femme, il y a un éclairage directionnel venant du haut, à gauche. On peut donc voir un mélange entre éclairage naturel et éclairage artificiel.

    On imagine en hors champs, le reste du bar et le barman. La photographie a sans doute été prise en studio et retouchée ensuite en grande partie. Les retouches numériques apportent une profondeur de champs (on imagine que la plage, le surfeur et les autres éléments de l’arrière plan ont été rajouté artificiellement) et le surréalisme à l’image (les objets qui fondent).

    Comme il a été dit en introduction, la campagne de Perrier fait référence à l’œuvre célèbre de Dali, « La persistance de la mémoire », peint en 1931. Un des slogans de Perrier a été « Perrier c’est fou ». Le surréalisme de l’artiste et de son œuvre est donc lié au positionnement pris par la marque. Rappelons aussi que Dali, en 1969 a déjà travaillé avec Perrier et crée une affiche publicitaire. Dans la peinture de Dali, auquel fait référence l’image ici, on y voit des montres molles. Dali y représente sa hantise de la mort, comme mollesse du temps. On peut mettre en parralèle la hantise de la mort représentée dans l’œuvre de Dali et l’expression hyperbolique « je meurs de soif », représentée dans la publicité de Perrier. En effet, l’ambiance apocalyptique est présente sur les deux images.

    Perrier joue également sur l’instantanéité. Le public imagine que le monde va retrouver son apparence normale dès que la jeune femme aura ouvert sa bouteille et bu une gorgée. C’est un peu le dernier espoir, le dernier moment avant la véritable mort des objets et la mort de soif des personnages.

    Dans cette image il n’y a aucun texte donc aucun message linguistique. Il n’y en a pas besoin. L’image est assez explicite pour parler d’elle-même. 

    Les connotations sexuelles, emblème de la marque

    La femme blonde sexy est un emblème de la marque Perrier. Auparavant, Perrier utilisait déjà la femme sur ses bouteilles. Sur le devant de l’étiquette, on voyait une femme blonde habillée et au dos, on pouvait voir cette même femme nue.  Ici, on la retrouve en bikini doré avec une poitrine très exposée, la bouche entrouverte et  une position déhanchée. Le cadrage de l’image coupe le haut de son visage, ce qui met en avant sa bouche. Cet élément évoque ainsi l’idée de sensualité. Enfin, son maillot de bain fond sur son corps, qui se dénude. L’ensemble de ces éléments connote l’idée d’érotisme. Depuis des années, un des créneaux de la marque Perrier est la provocation. Le spot TV d’une de ses anciennes campagnes avait d’ailleurs été censuré, car jugé trop « obscène ».  

    La mise en valeur du produit

    On peut voir que l’image n’est pas cadrée en fonction du visage du personnage mais en fonction du produit. De ce fait, on ne voit pas le haut du visage de la femme et la bouteille de Perrier est, elle, centrée. De plus cette bouteille est d’un vert éclatant et elle est la seule à ne pas fondre sous la chaleur. Elle apparaît être le dernier espoir pour supporter cette chaleur extrême. 

    J’ai choisi d’analyser cette image car j’apprécie le travail des créatifs qui réussissent, à travers cette publicité, à faire passer un message grâce à une image, sa mise en scène et sa symbolique. Ce que j’apprécie aussi, c’est que la marque reste fidèle, depuis le début, à son vieux créneau : la « provoc’ ». Dali en était d’ailleurs un des précurseurs.  


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Laura0202
    Mardi 4 Janvier 2011 à 13:01

    * De Laura Chambon

    2
    Louiiise
    Mardi 26 Novembre 2013 à 19:49

    Merci beaucoup pour ce texte plus que parfait qui m'a fortement aidée dans la rédaction d'un commentaire pour mon cours d'arts d'expression pour la pub' en question ! :D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :